Grand classique à lire : Berceuse électrique

Publié le par Jean-Yves


Berceuse électrique

Dans ma mémoire, ce fut le premier coup de maître de Ted Benoît.

Ce n’est pas la première apparition de Ray Banana, mais c’est son premier grand rôle.

Et dans les seconds rôles, la femme de ménage de Ray B. est si parfaite qu’elle continuera sa vie dans les BD de Ted Benoît, même en l’absence de son patron. Ci-dessous, la première page de "l'homme de nulle part" (lecture chaudement recommandée)


La ligne claire ronde et fouillée, alliée à l’ambiance parfaitement reconstituée (un brin idéalisée ?) constituent un décor parfait pour cette histoire où se croisent pauvre petite fille riche (tiens ? C’est la première, mais ce ne sera pas la dernière), sectes ambigües, extra-terrestres et privés de second rang.


Avec toujours, bien sûr, un parc complet de belles américaines (y compris un concept-car des années 50. voir ci-dessous) pour bercer l’errance des personnages.



Publié dans Critiques BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article